Médias Media Relations (F)

La grande fête du savoir suscite l'enthousiasme

Grande affluence sur la Grosse Schanze à Berne : près de 10'000 visiteurs ont plongé dans le monde de la science lors de la quatrième édition de la "Nacht der Forschung", autrement dit la "Nuit de la recherche". Plus de 700 scientifiques de l'Université de Berne ont donné un aperçu de leurs recherches.

Après deux reports dus à la pandémie, adultes et enfants ont à nouveau pu vivre la recherche de près lors de la "Nuit de la recherche" de l'Université de Berne sur la Grosse Schanze. Jusqu'à 22 heures, quelque 8'500 personnes ont participé à la "Nuit de la recherche". « La grande fête du savoir se poursuit encore jusqu'à minuit et nous estimons que près de 10'000 visiteurs auront aujourd'hui au final répondu à l'invitation de l'Université de Berne à participer à la "Nuit de la recherche", se réjouit Nicola von Greyerz, responsable de projet ».

La rencontre personnelle entre les chercheurs et la population était au premier plan de la "Nuit de la recherche". Les scientifiques ont transmis au public tant leur passion pour la recherche que des informations sur leurs domaines thématiques. Le Recteur Christian Leumann se réjouit de la richesse des échanges : « En tant qu'université, la "Nuit de la recherche" nous donne la possibilité d'entamer un dialogue avec la population. Il est réjouissant de voir qu'autant de personnes ont saisi cette opportunité et montré un tel intérêt ».

Vivre la science sur le site de l'Université

Plus de 70 offres différentes étaient proposées au public avec une première cette année : un programme prévu explicitement en français pour le public francophone et francophile. De nombreux visiteurs et visiteuses ont saisi l'occasion de mener des discussions sur le climat en petit comité avec les chercheuses et chercheurs du Centre Oeschger de recherche sur le climat dans les tentes installées devant l'université ou d'assister au procès pénal mis en scène par l'Institut de droit pénal et de criminologie dans le bâtiment principal et de décider : coupable ou innocent ? Dans le bâtiment ExWi, on pouvait se plonger dans la fascination de l'espace et accompagner les chercheurs en expédition dans les profondeurs de l'Univers lors d'expériences participatives. L'ARTORG Center for Biomedical Engineering Research proposait quant à lui une expédition interactive à travers le corps et montrait comment les techniques les plus modernes permettent de mieux comprendre les maladies et de développer de nouvelles thérapies. Les plus courageux ont pu se lancer dans un speed dating à l'UniS avec des Marie-Sklodowska-Curie Fellows qui ont présenté leur travail.

Une fête pour petits et grands

De nombreuses offres de la "Nuit de la recherche" étaient également adaptées aux enfants et aux familles. Les enfants ont par exemple pu effectuer des tests dans le laboratoire pour enfants et obtenir un diplôme pour jeunes chercheurs. La clinique pour petits animaux a montré ce qui se passe quand un chat ou un chien est malade et présentait des thérapies améliorées et non stressantes pour les animaux, tandis que l'Institut des sciences du sport incitait le public à bouger pour lancers des balles virtuels lors d'un concours de dribbles.

Outre la science, des divertissements culturels étaient proposés sur deux scènes de concert. Divers food trucks et bars ont donné au public la possibilité d'étancher pas seulement sa soif de connaissances. Nicola von Greyerz se réjouit du succès de la manifestation : « Les retours positifs et les visages tout sourire lors de la "Nuit de la recherche" montrent que l'enthousiasme des scientifiques pour leur recherche a trouvé un écho auprès de la population. Nous espérons que l'Université de Berne pourra à nouveau organiser une fête du savoir pour Berne dans trois ans ».

Une collaboration fructueuse avec les partenaires

La "Nuit de la recherche" a été soutenue par la Fondation Ursula Wirz, la Fondation Johanna Dürmüller-Bol et la Mobilière, et sponsorisée par Energie Wasser Bern et la Banque Cantonale Bernoise.

10.09.2022