Coronavirus : informations pour les chercheuses et chercheurs

Généralités

  • Les règles générales d'hygiène doivent être respectées.
  • Dans les espaces intérieures, les masques sont généralement obligatoires.
  • Le retour au travail est autorisé.
  • Le port de masques sur le lieu de travail ne peut être supprimé que si toutes les personnes présentes disposent d'un certificat et que la distance de 1,50 mètre est respectée. Si toutes les personnes présentes ne disposent pas d'un certificat valide, l'obligation générale de porter un masque s'applique dans toute la salle. 
  • Les réunions, séances, etc. peuvent être menées physiquement si tous les participant-e-s possèdent un certificat Covid et si la distance de 1,50 mètre est respectée. Dans ce cas, l’obligation de port du masque est caduque. La participation physique à des réunions, séances, etc. sans certificat valide n'est pas autorisée.

  • Une surface d'au moins 10 mètres carrés par personne et par poste de travail occupé doit être garantie.
  • Une distance de 1,5 mètre doit être maintenue entre deux postes de travail occupés.
  • Si, dans des cas exceptionnels, cette distance n'est pas atteinte, les postes de travail doivent être déplacés en conséquence ou des éléments de séparation, des parois mobiles ou objets similaires doivent être installés.
  • Chaque pièce où se trouve plus d'une collaboratrice ou d'un collaborateur doit être ventilée pendant 5 à 10 minutes toutes les heures, dans la mesure du possible.
  • Le système de billetterie se poursuit de manière continue.
  • Les unités prévoient des plans d'urgence pour l'approvisionnement des animaux en cas de pénurie (y compris les week-ends et les jours fériés).
  • La planification des expériences est conçue de telle sorte qu'en cas de "pire scénario", c'est-à-dire d'un lock-down complet de la vie publique (restrictions des transports publics, couvre-feux), le nombre d'animaux détenus puisse être maintenu avec un minimum de personnel.
  • L'emprunt de livres est à privilégier dans tous les cas.
  • Lorsque cela n'est pas possible, le concept de protection de la bibliothèque doit être suivi (nombre maximum de postes de travail, règles de distanciation, ...).
  • Les mesures de protection pour les séjours dans les espaces publics du canton de Berne s'appliquent (également pour le travail en dehors des frontières cantonales).

La Direction de l'Université est consciente et s’inquiète que les effets de la situation actuelle sur les jeunes chercheuses et chercheurs peuvent être difficiles à gérer et même pesantes. Elle est prête à travailler avec les instituts et les facultés pour aider à trouver des solutions appropriées aux problèmes pertinents. En particulier, les retards avérés de projets de recherche dus au Covid-19 seront pris en compte par la Direction de l'Université comme raison de prolonger un contrat de travail au-delà de la période maximale d'employabilité, si cela a été convenu avec les instituts et facultés concernés comme une approche ciblée.

Il faut éviter qu'en raison des restrictions, les travaux de qualification en cours (doctorats, habilitations) ne puissent être menés à bien. Les superviseurs respectifs sont les responsables et les premiers interlocuteurs. Ils discutent individuellement de la situation avec les jeunes chercheuses et chercheurs dans le cadre de discussions permettant de faire le point et procèdent aux ajustements appropriés dans les accords de doctorat, de post-doctorat ou d’entretiens d'évaluation. En particulier il doit être tenu compte du fait que les personnes avec des responsabilités de soin ou dans d' autres circonstances aggravantes ont été restreintes (et le sont en partie toujours) dans leurs projets de recherche ou de publication. Dans ces cas il est important de trouver des solutions individuelles et de réagir avec la flexibilité nécessaire aux circonstances modifiées. Des solutions doivent principalement être recherchées au sein des instituts/groupes de recherche, si nécessaire au sein des facultés.

Vous trouverez conseils auprès des services suivants

Voyages d'affaires et privés

Le Conseil fédéral a décidé d'assouplir les conditions d'entrée en Suisse. En principe, l'obligation de quarantaine sera levée pour les entrées en provenance de l'espace Schengen. Même les personnes vaccinées et rétablies provenant d'un État ou d'un territoire où circulent des variantes de virus préoccupantes pour la Suisse peuvent entrer sans l'obligation de test et de quarantaine, pour autant qu'il soit certain que la vaccination offre une bonne protection. Ceux qui n'ont été ni vaccinés ni guéris doivent présenter un test PCR ou un test d'antigène rapide négatif et entrer en quarantaine après leur entrée. Vous trouverez de plus amples informations, en particulier pour les collaborateur-trice-s de l’Université de Berne, ici.

Concept de protection

L'Université de Berne propose aux unités de recherche un concept de protection à 4 niveaux, adapté aux risques, qui consiste en une combinaison de mesures générales et spécifiques.

  • Pour vous rendre au travail : dans les transports publics le port du masque est obligatoire.
  • Distanciation sociale : Actuellement, les règles suivantes s'appliquent : 1,5 m de distance dans la zone de travail et au moins 4 m2 par collaborateur-trice dans les pièces fermées.
  • L'obligation générale du port du masque continue de s'appliquer au sein des bâtiments. Le port de masques sur le lieu de travail ne peut être supprimé que si toutes les personnes présentes disposent d'un certificat et que la distance de 1,50 mètre est respectée. Les collaborateur-trice-s qui ne disposent pas d'un certificat valide doivent porter un masque sur le lieu de travail.
  • Mesures d'hygiène : Se laver et se désinfecter les mains après un contact, après avoir touché les poignées de porte et les surfaces et après avoir utilisé les toilettes est une mesure de protection importante.
  • Les laboratoires et autres installations de recherche ouvertes doivent fournir aux collaborateur-trice-s des désinfectants et, si possible, des produits de protection de la peau.
  • Protéger les personnes vulnérables : La protection de la santé, en particulier des personnes vulnérables, est une priorité absolue. En cas de doute, il faut procéder à une évaluation individuelle des risques médicaux pour les personnes potentiellement en danger.
  • Traçabilité des contacts (tracing) : afin de pouvoir retracer les contacts personnels (plus de 15 minutes et moins de 1,5 mètre) en cas d'infection par le Sars-CoV-2, chaque personne travaillant dans l'établissement de recherche est obligée de tenir un journal de bord personnel (sous forme numérique ou par formulaire), qui est mis à jour quotidiennement. Ce journal de bord doit contenir les informations suivantes : Date, lieux visités sur le campus universitaire (numéro de chambre, heure approximative), contacts personnels (nom, fonction), travaux effectués. Le journal de bord doit être conservé pendant 4 semaines et est toujours personnel et confidentiel. Toutefois, il doit être possible de prouver à tout moment au supérieur hiérarchique qu'un journal de bord actualisé et personnalisé est tenu. En cas d'infection par le CoV-2 du SRAS, les collaborateur-trice-s sont invitées à divulguer le journal de bord à la direction exécutive responsable afin d'identifier la chaîne d'infection possible.
    Comme alternative au journal de bord personnel, la cellule de crise recommande d'utiliser le Swiss Covid App Swiss Covid App. Toutefois, elle ne peut être utilisée de manière ciblée que si tous les membres d'une équipe de travail décident d'installer et d'utiliser cette application. Si cette condition est remplie, l'obligation de tenir un journal de bord personnel n'est pas applicable.

  • Limiter le nombre de contacts personnels : La cellule de crise recommande que le découplage des chercheuses et chercheurs travaillant en équipes ou travaillant strictement séparément les uns des autres soit examiné, en particulier dans les cas où les conditions spatiales proches rendent difficile le respect des règles de distanciation sociale.

  • Aperçu des activités de recherche : Le système de billetterie pour l'approbation des projets de recherche générale sera abandonné à partir du 1er juillet 2020. Les "tickets" existants seront transférés sur des listes de projets, qui devront être mises à jour par les instituts/départements. Les directeur-trice-s des instituts sont responsables de la mise à jour correcte des listes de projets. Ces listes contiennent des informations sur les personnes impliquées, les activités réalisées et la nature fondamentale du projet. Dans le cas où de nouvelles mesures de contrôle de la propagation du virus s'avèrent nécessaires, ces listes constituent la base de la coordination de toutes les mesures que la cellule de crise peut être amenée à prendre. Les listes de projets actualisées doivent être mises à la disposition de la cellule de crise dans les 12 heures sur demande.
  • Pour les expériences in vivo le système de billetterie est toujours valable et le Experimental Animal Centre (EAC) reste l'autorité compétente pour l'octroi des autorisations (lien interne). Dans ce domaine en particulier, une stratégie prudente est nécessaire pour éviter les "hauts et les bas" en cas de revers. Les personnes ayant des responsabilités dans ce domaine restent en contact avec l'EAC.
  • Chaque organisme de recherche désigne et signale les changements dans l'organisation de la sécurité existante à l'unité de gestion des risques via le bureau du doyen-ne (liste du GeSiBe). En règle générale, un GeSiBe (avec fonction d'adjoint-e) est nommé-e par unité universitaire. Dans le cas d'institutions plus complexes, situées dans des locaux/bâtiments différents, les directions exécutives doivent désigner des personnes de contact supplémentaires pour la sécurité au travail (KOPAS) pour des locaux clairement définis.
  • Les GeSiBe sont chargés par la direction exécutive de veiller au respect du concept de protection et ont le droit de donner des instructions à cet égard.
  • L'Université offrira aux étudiant-e-s et les collaborateur-trice-s muni-e-s d'une Unicard la possibilité d'effectuer des tests PCR gratuits à trois endroits différents dans la Länggasse à partir d'octobre au plus tard, après l'expiration de l'offre de tests gratuits de la Confédération. De plus amples informations à ce sujet suivront sous peu.
  • En cas d'infection avérée par le Sars-Cov-2, les mesures prévues par l'OFSP seront appliquées et les collaboratrices et collaborateurs devront suivre les conseils des médecins.

Organisation de sécurité

Les directeur-trice-s et chef-fe-s de département des instituts sont responsables de la sécurité au travail, de la protection de la santé et de la sécurité environnementale dans leur unité et disposent d'un responsable de la santé et de la sécurité (GeSiBe).

En fonction de la taille de l'unité universitaire, les directions désignent d'autres personnes de contact pour la sécurité au travail (KOPAS). En conséquence, ils définissent un descriptif des tâches pour le GeSiBe ou le KOPAS, confient les tâches et les compétences correspondantes à une personne apte à exercer la fonction et accordent suffisamment de temps, de moyens financiers et d'autres ressources pour pouvoir mettre en œuvre cette tâche.

Il convient de noter que la responsabilité dans les domaines de la sécurité au travail, de la protection de la santé et de la sécurité environnementale incombe nécessairement à la direction de l'Institut ou à la/au chef-fe de département et ne peut être transférée au GeSiBe ou au KOPAS. Des informations correspondantes se trouvent également dans les directives de la Direction de l'Université sur les devoirs et l'emploi des Professeur-e-s titulaires et associé-e-s de l'Université de Berne du 23 août 2011 et dans la brochure «Aperçu des devoirs les plus importants des directrices et directeurs d'Instituts» (en allemand) du 20 décembre 2009/06.10.20152.

Des explications supplémentaires sur les responsabilités dans l'organisation de la sécurité se trouvent dans le guide relatif à la sécurité et à l'environnement (en allemand) de l'unité de gestion des risques.

COVID-19 Informations pour les requérants et les responsables de projet

Sur le site web interne de recherche de l'Université, vous trouverez des informations COVID-19 actuelles du FNS, EU Horizon 2020, US NIH et US DoD pour les requérant-e-s ainsi que pour les projets en cours financés par des fonds de tiers. Le site web est accessible au sein du réseau de l'Université et de l’Hôpital Universitaire ou par VPN. Si vous avez des questions, veuillez contacter le Grants Office.

Site web avec les études et les lignes directrices les plus importantes concernant le Covid-19

Sur le site www.update-covid.ch vous trouverez une collection actualisée des études et des lignes directrices les plus importantes relatives au Covid-19, destinée aux professionnel-le-s de la santé de toutes les disciplines.

Voici comment nous protéger - Conseils d’hygiène (OFSP)