Médias Media Relations (F)

Des fjords sur le Plateau suisse

Une équipe de scientifiques de l'Université de Berne soutenue par le Fonds national suisse a foré le sous-sol bernois à la recherche d’informations sur le paysage du passé. Sa découverte vient d’être publiée: il y a quelques centaines de milliers d’années, des fjords recouvraient le Plateau suisse.

Il y a plusieurs centaines de milliers d’années, lorsque nos ancêtres foulaient le Plateau suisse, ils avaient devant leurs yeux un paysage magnifique. Les Alpes plongeaient dans un immense lac – un véritable paysage de fjords. Des scientifiques soutenus par le Fonds national suisse (FNS) en ont trouvé la preuve dans une vallée qui traverse la ville de Berne en sous-sol. Plus précisément dans les sédiments qui remplissent cette vallée. L’article qui résume cette découverte est à lire dans Scientific Drilling.

L’histoire préservée dans les sédiments

Il y a environ 300 000 ans, les glaciers des Alpes, qui recouvraient le Plateau suisse, ont commencé à reculer. «Nous pouvons affirmer qu’à ce moment, ils ont laissé un paysage de fjords. Dans la région de Berne notamment, un lac recouvrait toute la vallée de l’Aar et une bonne partie du Plateau», explique Fritz Schlunegger, géologue à l’Université de Berne.

C’est en raison de la succession de différentes périodes glaciaires que la vallée enfouie sous la ville de Berne est utile pour comprendre l’évolution du paysage dans la région. «Elle a offert un refuge aux sédiments déposés par les fleuves. Ailleurs, les sédiments déposés ont été balayés par les mouvements successifs des glaciers», explique le scientifique.

Augmenter la sécurité

D’autres vallées enfouies existent aussi sous le Rhône, la Reuss, la Linth, le Léman et le lac de Constance ainsi que dans le Seeland. Leurs caractéristiques n’intéressent pas que les géologues: elles sont importantes pour assurer la sécurité des constructions en surface mais aussi le stockage des déchets radioactifs. «Nous prenons une marge d’un million d’années», explique Fritz Schlunegger. «Il faut donc exclure les endroits où de futurs glaciers pourraient creuser des vallées, au risque de faire réapparaître ces déchets.»

Ce travail a bénéficié de l’instrument «Encouragement de projets» du FNS. Après une procédure de sélection, il permet aux scientifiques de réaliser des projets de recherche sous leur propre responsabilité sur des thèmes et des objectifs de recherche de leur choix. Ce projet a aussi bénéficié du soutien de l’ETH Zurich, de Swisstopo, de l’Assurance immobilière Berne et de la fondation Landschaft und Kies.

Source: Fonds national suisse (FNS)

Détails sur la publication :

M. Schwenk, P. Schläfli, D. Bandou, N. Gribenski, G. Douillet and F. Schlunegger: From glacial erosion to basin overfill: a 240 m-thick overdeepening–fill sequence in Bern, Switzerland. Scientific Drilling (2021). https://doi.org/10.5194/sd-30-17-2022

02.03.2022