Médias Media Relations (F)

Fondation d’un centre de recherche pluridisciplinaire sur les maladies infectieuses et l’immunité

L’Université de Berne crée un centre pluridisciplinaire visant à étudier l’apparition des maladies infectieuses ainsi que leurs conséquences sur la santé, la société et l’économie. Ce nouveau centre de recherche sera financé par la Fondation Vinetum pendant 10 ans à hauteur de 30 millions de francs.

La pandémie de COVID-19 a pris tout le monde court, et ce malgré les avertissements émis par l’OMC en 2019 quant aux risques et à la prévision d’une « maladie X ». Cet évènement a démontré à la population mondiale, aux états et à la communauté scientifique à quel point nos sociétés sont fragiles et dépendantes à l’ère de la mondialisation et à quel point les épidémies et pandémies impliquant des agents pathogènes infectieux peuvent mettre notre existence en danger. « La crise actuelle montre de manière saisissante à quel point l’interdisciplinarité doit s’intégrer au travail de la communauté scientifique afin de pouvoir analyser les problèmes qui se posent et de trouver des solutions pertinentes pour la société dans son ensemble », explique Christian Leumann, recteur de l’Université de Berne. « C’est pourquoi l’Université de Berne, grâce au soutien généreux de la Fondation Vinetum, a fondé un centre de recherche plus que nécessaire permettant d’étudier les futures épidémies et pandémies de manière interdisciplinaire et de mieux les combattre. »

Une vaste expertise à disposition

« L’Université de Berne dispose de compétences clés solides dans des domaines capitaux essentiels dans le cadre de la pandémie de COVID-19 actuelle », indique Daniel Candinas, vice-directeur de la recherche à l’Université de Berne. Des recherches exceptionnelles et reconnues au niveau international sur la pandémie ont déjà été menées dans les domaines de la médecine, de la médecine vétérinaire, de l’économie, des sciences politiques, de la psychologie et des sciences humaines. Cette expertise est désormais rassemblée au sein d’un centre de recherche pluridisciplinaire sur les maladies infectieuses, l’immunité et leurs conséquences (Multidisciplinary Center for Infectious Diseases and Immunity, MCIDI). « Le MCIDI étudiera les pandémies dans leurs moindres détails – de leur apparition et de leur gestion par le système de santé publique jusqu’à leurs conséquences sur le plan économique, politique et éthique », poursuit Daniel Candinas. Le tout nouveau centre bénéficie du réseau bernois de l’enseignement et de la recherche dans les domaines de la médecine et de la médecine vétérinaire (instituts universitaires, cliniques, laboratoires et autres) ainsi que de la proximité avec les institutions politiques.

Engagement considérable de la Fondation Vinetum

La Fondation Vinetum soutient de longue date l’Université de Berne, notamment la recherche sur la santé des abeilles. Franziska Borer Winzenried, présidente de la Fondation Vinetum et docteur honoris causa de l’Université de Berne : « L’Université de Berne a gagné notre confiance grâce à ses excellents travaux. Nous aimerions à présent apporter notre contribution dans la recherche sur les maladies infectieuses. Les maladies infectieuses se multiplient – et nous ne pourrons pas échapper au prochain agent pathogène dangereux. C’est pourquoi nous devons prendre des mesures dès maintenant pour y faire face. » Franziska Borer Winzenried souligne l’importance d’une stratégie globale : « L’objectif consiste également à déterminer comment protéger la population dans des pays où le système de santé est insuffisant. »

Une approche « One Health »

Le nouveau centre de recherche regroupe sept axes thématiques permettant d’aborder aussi bien les questions médicales et vétérinaires que les questions économiques, juridiques et sociales. Comme il se rapproche d’une approche « One Health », qui étudie les interactions entre la santé de l’Homme, des animaux et l’environnement, le MCIDI sera rattaché à la faculté Vetsuisse. David Spreng, doyen de la faculté Vetsuisse : « Au cours des dernières années, il n’y a pas eu d’excellents travaux de recherche sur la COVID-19 uniquement dans le domaine de One Health, l’infectiologie vétérinaire a par exemple également réussi à développer le premier clone synthétique du Sars-CoV-2. » Ce clone, qui a également suscité l'intérêt de l'OMS, est maintenant utilisé par des groupes de recherche du monde entier pour trouver des médicaments antiviraux et développer des vaccins.

Le MCIDI a été fondé le 1er janvier 2021 et est dirigé dans le cadre d’une première phase de quatre ans par le virologue Volker Thiel, directeur de la virologie à l’Institut de Virologie et Immunologie IVI et professeur de virologie auprès de la faculté Vetsuisse de l’Université de Berne. « Je me réjouis de diriger ce réseau interdisciplinaire avec des chercheur·e·s et des expert·e·s confirmé·e·s. Il est important de tirer les leçons de l'expérience de la pandémie afin d'être mieux préparé aux défis scientifiques, sociétaux et économiques à venir », dit Volker Thiel.

Le MCIDI est organisé sous la forme d’un centre virtuel et n’a donc besoin d’aucune infrastructure à construire. Ce système a déjà fait ses preuves pour d’autres centres de recherche interdisciplinaires tels que le Centre Oeschger pour la recherche climatique de l’Université de Berne.

Multidisciplinary Center for Infectious Diseases and Immunity (MCIDI)

Dans le cadre d’une approche interdisciplinaire, le MCIDI étudie les causes des épidémies et pandémies, les moyens de s’en protéger ainsi que la gestion de leurs conséquences désastreuses et constitue un réseau face aux menaces à venir grâce à des modèles, structures clés et approches novatrices. La structure virtuelle du MCIDI permet de minimiser les tâches et dépenses administratives et de rediriger les moyens directement dans les projets scientifiques.

Le MCIDI se concentre sur sept axes thématiques : l’immunité, la recherche axée sur les patients, l’épidémiologie, la microbiologie, les « Neglected Diseases » (maladies négligées), les sciences éthiques, politiques et sociales ainsi que les sciences économiques. Des projets de recherche appliquée seront menés sur ces thématiques. Un panel scientifique indépendant définira et encouragera une mise en concurrence avec la collaboration d’experts internationaux afin de sélectionner les meilleurs projets. Le MCIDI sera financé par la Fondation Vinetum pendant dix ans à hauteur de 30 millions de francs. L’indépendance de l’enseignement et de la recherche sera garantie. Le MCIDI a été fondé le 1er  janvier 2021, il sera inauguré de manière officielle à l’été 2021. 

20.01.2021