Médias Media Relations (F)

Le coronavirus à l’origine du boom de la digitalisation et de la présence dans les médias

L’Université de Berne a tourné à plein régime même pendant la situation d’urgence entre mars et juin 2020 et de nombreuses avancées dans le domaine de la recherche sur le Sars-CoV-2 lui ont permis de faire les gros titres. L’apprentissage à l’Université est passé au numérique en un rien de temps. Néanmoins, le nouveau semestre démarrera avec des cours en mode présentiel, dans la mesure du possible. Quelques 19’000 nouveaux étudiants se sont inscrits.

Le semestre d’automne 2020 de l’Université de Berne débute le lundi 14 septembre. Il n’y a pas d’évolution significative en ce qui concerne les inscriptions en bachelor et en master par rapport à l’année dernière. À l’heure actuelle, l’Université de Berne compte près de 2’600 nouveaux étudiant·e s (contre 2'300 au semestre d’automne 2019). 600 personnes sont candidates pour une place en master en plus de celles et ceux qui reviennent à l’Université de Berne après une interruption ou qui passent du bachelor au master. Du fait de l’épidémie de coronavirus, l’Université de Berne enregistre bien un recul d’environ 50%, mais cela ne concerne que les étudiant·e sinscrits pour un semestre dans une université à l’étranger.

«Ces derniers chiffres confirment la tendance constante à la hausse observée au cours des dernières années due à la très bonne réputation de l’Université de Berne», déclare Bruno Moretti, Vice-recteur de l'enseignement à l’Université de Berne.

La faculté de médecine continue d’être la plus grande faculté avec plus de 3’500 étudiant-e-s, suivie par la faculté des sciences naturelles, qui a enregistré le plus grand nombre d’inscriptions encore cette année. À l’heure actuelle, les candidatures de l’étranger viennent de 130 pays, la proportion d’étudiant·e sétrangers reste stable à 13 pour cent.

Expansion du site médical et un nouveau bâtiment pour «Uni Muesmatt»

Travaillant en étroite collaboration, le canton de Berne, l’Université de Berne et Insel Gruppe AG continuent de développer le remarquable campus Insel sur le site de l’Inselspital. Ainsi, le sitem-insel, l’Institut suisse pour la médecine translationnelle et entrepreneuriale a ouvert ses portes en 2019. L’Université de Berne est membre fondateur et partenaire académique de sitem-insel.

Toujours en 2019, le Bern Center for Precision Medicine (BCPM) et Insel Gruppe AG ont commencé l’exploitation du site. Du fait de son approche visant à proposer aux patient·e s  des thérapies «sur mesure», la médecine de précision s’impose comme la médecine du futur. Le nouveau centre de formation et de recherche planifié de l’Université de Berne, qui regroupera à l’avenir tous les instituts de la faculté de médecine, est tout aussi tourné vers l'avenir. Il représentera un grand pas en avant pour le site médical de Berne, explique Markus Brönnimann, Directeur administratif de l’Université de Berne: «Cette configuration crée des conditions de recherche modernes – diverses synergies peuvent être utilisées grâce au regroupement de la recherche, de l’apprentissage et de la pratique clinique au même endroit.» Le projet retenu pour la construction du centre a été choisi, l’avant-projet et l’évaluation du coût devraient être présentés d’ici à la fin de l’année 2021.

Un nouveau bâtiment dédié au département de chimie et de biochimie de l’Université de Berne doit voir le jour dans la zone «Uni Muesmatt» dans le quartier de la Länggasse. Le Conseil-exécutif du canton de Berne a validé le crédit de 22,8 millions de francs consacré à la conception et à l’appel d’offres. Ce nouveau bâtiment est nécessaire car le bâtiment existant sur la zone de la Muesmatt a cruellement besoin d’être rénové. De plus, il ne répond plus aux exigences actuelles en matière d’apprentissage et de recherche. Le début des travaux est prévu en 2026.

 «Malgré ces projets, la situation des infrastructures de l’Université de Berne demeure alarmante. Outre les projets ‹Bâtiments dédiés à la formation médicale› et ‹Laboratoire de médecine vétérinaire›, nous avons cruellement besoin de solutions provisoires. Sans cela, nous connaitrons un manque de place pour l’apprentissage et la recherche», indique Markus Brönnimann.

Wyss Academy for Nature: Premiers projets en préparation

La Wyss Academy for Nature, fondée en 2019 par la Wyss Foundation, l’Université de Berne et le canton de Berne, veut faire avancer le développement durable dans le domaine de l’utilisation du sol, de la biodiversité et du climat. Dans ce cadre, les quatre centres régionaux d’Amérique latine, d’Afrique de l’est, d’Asie du sud et du canton de Berne jouent un rôle crucial en concevant, testant et mettant en place de concert des solutions tirées de la pratique et de la recherche destinées à l’Homme et à la nature. En mai 2020, la Wyss Academy en tant que fondation indépendante a vu le jour, le conseil de la fondation a été mis en place et Peter Messerli a été élu Directeur. À l’heure actuelle, 14 projets du centre bernois sont mis à jour et lancés. La signature des contrats relatifs aux projets doit durer jusqu’en mars 2021 et, sur demande de la Wyss Academy, le programme de mise en œuvre 2021-23 actualisé doit être voté par le Conseil-exécutif au début de l’année 2021.

«Grâce à la Wyss Academy for Nature, l’Université de Berne peut renforcer sa position à l’échelle nationale et internationale et apporter une contribution concrète en matière de développement durable au sein de la communauté mondiale», informe le Recteur Christian Leumann.

Élection d’une nouvelle Vice-rectrice et d’un nouveau Vice-recteur

Le Conseil-exécutif du canton de Berne a élu deux nouveaux membres provenant de la Direction de l’Université. Le 1er août 2021, la professeur Dr. Virginia Richter prendra la tête du Vice-rectorat chargé du développement (elle succèdera à Achim Conzelmann) et le professeur Dr. Fritz Sager celle du Vice rectoratde l'enseignement (il succèdera à Bruno Moretti). En tant qu’ancienne doyenne de la faculté de lettres (de 2014 à 2017), Virginia Richter dispose de vastes connaissances sur l’Université et d’une grande expérience en matière de direction. Il en va de même pour Fritz Sager, qui a été doyen de la faculté d’économie et de sciences sociales de 2016 à 2018.

Jusqu'à août 2021, la Direction de l’Université se compose des membres suivants : Christian Leumann (Recteur), Silvia Schroer (Vice-rectrice qualité), Bruno Moretti (Vice-recteur chargé de l’enseignement), Daniel Candinas (Vice-recteur de la recherche), Achim Conzelmann (Vice-recteur du développement) et Markus Brönnimann, Directeur administratif. La Direction de l’Université est soutenue par le Secrétaire général Christoph Pappa et par Christian Degen, responsable de la communication et du marketing, en tant qu’hôte permanent.

Boom de la digitalisation et de la présence dans les médias grâce au coronavirus

En raison du confinement à partir du mois de mars, l’ensemble des activités d'enseignement de l’Université de Berne a dû passer au numérique. Grâce aux évolutions stratégiques des dernières années en matière d’apprentissage innovant et de structures informatiques et grâce à l’énorme engagement des enseignant·e s et des étudiant·e s  tout a pu être mis en place en seulement trois jours. Le semestre d’automne 2020 débute certes avec des cours en présentiel dans la mesure du possible, mais les enseignant·e ssont libres de continuer à organiser leurs cours uniquement en ligne ou sous une forme hybride («blended learning»). «En ce sens, la crise du coronavirus a fait prendre conscience à tout le monde que les instruments nécessaires à l’apprentissage en ligne étaient déjà là. L’Université de Berne est néanmoins convaincu de la valeur inestimable de l’apprentissage en mode présentiel et considère que l’évolution logique se composera d’une association de cours en mode présentiel et de cours en ligne», expose Bruno Moretti, Vice-recteur de l'enseignement.

Dans certains domaines, les projets de recherche ont pris du retard à cause du coronavirus. Toutefois, l’Université de Berne a pu renforcer sa présence grâce à ses recherches sur le Sars-CoV-2, ce qui s’est traduit par de nombreux comptes rendus dans les médias en Suisse et à l’étranger. Des découvertes décisives ont notamment été faites dans le domaine de l’épidémiologie et de la virologie. Ainsi, en février 2020, il a par exemple pu être annoncé que l’Université de Berne était parvenu à cloner le nouveau coronavirus. Des groupes de recherche des quatre coins du monde utilisent désormais ce clone pour développer des médicaments antiviraux et des vaccins. «Nos travaux qui ont déjà été effectués bien avant la pandémie vont à coup sûr mettre le pôle de recherche de Berne sur le devant de la scène», est persuadé Daniel Candinas, Vice-recteur recherche.

En ce qui concerne les grands évènements, l’Université de Berne a dû s’adapter : ainsi, le festival scientifique « Nacht der Forschung », qui attire chaque année 9’000 visiteuses et visiteurs et qui aurait dû avoir lieu en septembre 2020, a été reporté au début du mois de septembre 2021. D’autres évènements se dérouleront principalement en ligne, comme les journées d’information sur les bachelors pour les futur·e s étudiant·e sen décembre 2020.

30ème anniversaire du bureau de l’égalité

Il y a 30 ans déjà, l’Université de Berne mettait en place le bureau de l'égalité entre femmes et hommes. Parmi ses objectifs, faire en sorte qu’il y ait une juste proportion de femmes et d'hommes à tous les niveaux et que les les femmes et les hommes puissent trouver un équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pendant le confinement, le bureau de l'égalité a apporté une contribution complémentaire et a mis à disposition des offres d’aide pour les salarié·e s et les étudiant·e s durement affectés physiquement et psychologiquement par les mesures prises pour contrer le coronavirus. «Les personnes qui doivent s’occuper de proches et celles qui font partie des personnes à risques ou qui vivent avec des personnes à risques sont plus que jamais sollicitées. Ces derniers mois ont montré à quel point le travail du bureau de l’égalité et des structures d’égalité des chances est primordial dans les facultés», déclare Silvia Schroer, Vice-rectrice qualité.  

Un rapport annuel au format numérique

Le rapport annuel 2019 de l’Université de Berne est paru pour la première fois en format numérique, ce qui représente une étape importante dans le cadre de la digitalisation des activités de communication de l’Université. Avec le nouveau rapport annuel numérique, l’Université de Berne se présente telle qu’elle est : une université de pointe, tournée vers l’avenir et pertinente au niveau social. Dans un souci de durabilité et conformément à la stratégie de digitalisation de l’Université de Berne décidée en 2019,le document imprimé existant de grande qualité a été transformé en fichier numérique. Christian Degen, responsable du service communication et marketing, explique: «Cela a représenté un véritable défi. En six mois environ, nous avons conçu un tout nouveau magazine numérique disponible en trois langues: allemand, français et anglais. Le magazine a été bien reçu : la plupart des réactions sont très positives.» Le rapport annuel 2019 est disponible ici.

10.09.2020